Du digital native à l’illectré

Illustration ©Simon CARUSO. www.simoncaruso.com
Illustration ©Simon CARUSO. www.simoncaruso.com

Il y a encore quelques mois, on nous parlait des “digital natives” comme des surdoués de l’internet, partant du principe que cette génération Y née avec l’internet avait nativement le code source en elle…Ces jeunes n’avaient ni besoin d’être formés, ni d’être éduqués aux pratiques numériques. Et puis il y a quelques jours cet article de slate nous rappelle qu’il y a 10 millions de français qui “souffrent d’illectronisme…

Les déconnectés

Si 80% des ménages français ont un accès à internet à domicile, le coût économique est la principale raison avancée par les non-connectée ainsi que  le manque d’intérêt. Il est quand même surprenant que ce manque d’intérêt soit cité par un quart des non-connectés. Cela démontre qu’il y a encore beaucoup de pédagogie à faire pour que les outils numériques soient ancrés dans notre quotidien. Dans la mise en place d’une politique citoyenne des usages du numérique, les collectivités inscrites dans cette démarche (et elles ne sont pas légion) intègrent les simplifications administratives. Or il faut bien avouer que ces simplifications administratives se liment souvent au strict minimum comme par exemple le renouvellement d’une carte d’identité. Comme cette procédure est tout sauf habituelle, l’usage du numérique ne présente objectivement que peu d’intérêt. La présence d’un Espace Public Numérique répond aux deux freins des non-connectés. D’une part l’EPN propose un accès à Intérêt à un tarif souvent symbolique (quand il n’est pas gratuit) et d’autre part il propose des ateliers, des séances d’information qui permettent de donner du sens aux mondes numériques. Enfin il accompagne les usages des internautes et s’inscrit complètement dans la diffusion des compétences numériques essentielles.

Les Digiborigènes

Je reprends l’expression “digiborigène” telle qu’elle est proposée par Yann Leroux. Quel que soit le degré de familiarité avec les mondes numériques, le digiborigène est en manque de compétence, tout comme l’illectré. S’il est en capacité d’utiliser un outil, il peut parfois être en demande par rapport aux usages liés à cet outil et aux enjeux liés à ces usages. Les compétences numériques ne se résument pas uniquement à la saisie d’un formulaire en ligne, elles vont au-delà de cette approche pragmatique. Dans un univers technologique qui évolue sans cesse tant au niveau de ses interfaces, que de ses fonctionnalités, voire même de sa configuration propre, le recours a un espace ressource citoyen sur les mondes numériques apparaît comme une nécessité. L’Espace Public Numérique est tout à même de remplir ce rôle bien entendu. dans sa configuation propre, cet EPN devra évoluer vers une approche plus centrée “Tiers-Lieux

 

 

Laisser un commentaire