Improviser un conte c’est facile !

VtAeqwqoEwrESP0l_7MHKSKdoRI

J’aime les contes, j’adore ça en fait. J’ai même été Conteur dans une autre vie. Improviser un conte est bien plus simple qu’il n’y paraît. Improviser un conte est le premier objectif que je donne à un groupe de débutants. Cela permet de partir de choses connues (le conte) pour aller dans de l’inconnu (l’improvisation). Cela montre qu’avec un schéma narratif extrêmement simple, on peut créer de multiples situations.

Les ingrédients du Conte

Des personnages, des décors et une histoire. Tels sont les ingrédients du Conte.  En improvisation de la même manière, il faudra poser sa plateforme de départ : le Qui, le Quoi, le Où. S’appuyer sur le conte peut ainsi faciliter notre apprentissage à l’improvisation, d’autant que nous connaissons tous des contes.

Simplicité

Cela doit être le mot d’ordre général. Faîtes des personnages simples avec des histoires simples. Ne cherchez pas à être original. Il nous faut penser efficacité et clarté avant de penser originalité.

La structure

Là aussi faisons simples et revenons dans un premier temps à un niveau CE2 : Situation de départ / Élément perturbateur / Situation de fin. On peut aussi s’appuyer sur le travail de Vögler et son “voyage du héros”

voyage_du_herosEntre les deux schémas, nous pouvons créer une structure en cinq chapitres par exemple (lire aussi par ailleurs):

Situation initiale : Présentation des personnages, description de leur caractéristiques, lieu ou cadre dans lequel se déroule l’action.

L’élément perturbateur : événement ou personnage qui change la situation initiale, changement de ton.

L’action : c’est la partie la plus longue du récit : aventures, épreuves.
L’élément de résolution : action qui résout le problème
Situation finale : retour des personnages à la stabilité,
avec fin heureuse ou malheureuse.
On peut “marquer” cette structure par des phrases clefs : Il était une fois…quand un jour…c’est ainsi que…et alors…depuis ce jour…C’est quelque chose que je fais régulièrement au début pour que chacun puisse écouter la structure globale de l’histoire.

Exercices autour du Conte

Ce qui est bien avec le Conte c’est qu’il permet d’aborder beaucoup de points simultanément. C’est une des raisons pour laquelle j’apprécie particulièrement de travailler le Conte dès le premier trimestre.

Le souci du détail : Un exercice que l’on peut faire en groupe dont l’objectif est de donner le plus de détails sur un objet. Il est important de ne décrire que l’objet (et non ses fonctionnalités) etde rester cohérent dans sa description (si l’objet est blanc, il n’est pas bleu…).

exemple : une cafetière, noire, d’une capacité de douze tasses, programmable, avec une poignée légèrement cassée etc….

Avance et colorie : il s’agît ici en situation de jeu de donner des instructions aux joueurs en leur demandant d’avancer dans l’histoire ou de temporiser en “coloriant” (en donnant plus de détails) et de faire alterner ces deux tempos.

Il était une fois : Ce jeu de cartes est particulièrement excellent et vous pouvez le trouvez pour une vingtaine d’euros dans toutes les bonnes boutiques. Vous pouvez aussi utiliser cette version proposée en ligne (et qui ne va couter que le prix des impressions) .

Une fois la structure intégrée, il peut être bon de travailler sur le rôle spécifique du conteur et sur le ping-pong entre le conteur et les autres comédiens, à suivre dans un prochaine article.

One comment

Laisser un commentaire