L’EPN un acteur du numérique ?

Ce jeudi 22 novembre Renaissance Numérique a animé une série de débats participatifs réunissant 400 acteurs du numérique autour de la question : le numérique pour sortir de la crise. Ce qui m’a intrigué dans cette rencontre (comme dans d’autres rencontres du même acabit) c’est l’absence des Espaces Publics Numériques. D’où une interrogation simple : les Espaces Publics Numériques peuvent ils être considérés comme des acteurs du numérique ? Question à laquelle je réponds bien évidemment oui.

Des acteurs publics.

On dénombre plus de 4500 espaces publics numériques sur le territoire (source : nepublic.fr). la majorité de ces espaces publics numériques ont été impulsés par des acteurs publics (de la collectivité locale aux ministères) et sont soutenus par ces mêmes acteurs publics. Ces espaces publics numériques sont intégrés au sein de leurs territoires respectifs pour certains depuis de nombreuses années. La moitié ces espaces publics numériques sont labellisés netpublic. La charte netpublic est portée par la Délégation aux Usages de l’Internet elle-même placée sous l’attribution de Fleur Pellerin. cette charte précise notamment que l’Etat et les collectivités territoriales “s’attachent également à les associer aux politiques de développement numérique des
territoires, mais aussi aux politiques sociales, éducatives, culturelles, de l’emploi, etc. …”

19 mesures pour sortir de la crise avec les EPN

A l’issu des différents ateliers animés par Renaissance Numérique, 19 mesures ont été proposées. La mesure 7 nomme directement les EPN mais d’autres mesures font référence aux missions des EPN. Je pense ainsi aux mesures 1;2;12; 16 et 18. Revue de détail :

Mesure 1 – Créer une journée nationale de sensibilisation à l’économie numérique.

Les EPN sont lieux de diffusions de la culture numérique pour tous et pourraient à ce titre être un relais de cette journée. Par ailleurs, cette journée pourrait se dérouler pendant la quinzaine de la fête de l’internet traditionnellement positionnée deuxième quinzaine de mars.

Mesure 2 – Faire du numérique une priorité de la formation professionnelle continue.

Je ne peux que cautionner. Cette mesure peut nécessiter les moyens techniques et pédagogiques de l’Espace Public Numérique. Je pense par exemple aux Points d’Accès à la Téléformation (cf l’exemple de la Basse Normandie).

Mesure 12 – Équiper et former les bénéficiaires du RSA et faire mieux connaître les métiers du numériques aux missions locales et à Pôle Emploi.

La première partie de cette proposition fait référence au cœur de métier des Espaces Publics Numériques et au dispositif Ordi 2.0 (voir l’exemple de Rhône-Alpes

Mesure 16 – Créer un kit numérique pour le créateur d’entreprise

N’ayant pas participé au débat, je ne sais pas trop ce que contient cette proposition. Une chose est sûre : l’espace public numérique pourra accompagner le créateur d’entreprise dans son appropriation des usages de ce kit numérique.

Mesure 18 – Nommer des correspondants numériques locaux pour les TPE PME

Reste à définir la mission de ces correspondants mais ceux-ci pourraient très bien être les médiateurs numériques des Espaces Publics Numériques.

On réinvente l’eau chaude ?

L’Espace Public Numérique est au cœur du territoire. Il fait parfois office d’espace de coworking. Il présente à des cadres les réseaux sociaux professionnels. Il accompagne les demandeurs d’emplois dans la prise en main du site pôle-emploi. Il forme aux outils et accompagne aux usages. Mais l’Espace Public Numérique n’est pas repérer comme “acteur du numérique”. Cela est surement du à un manque de visibilité. Le médiateur numérique doit contribuer à rendre ses missions plus visibles en faisant preuve de plus de pédagogie. Les temps ont changé, allons toquer aux porte de Chambre de Commerce pour nous rappeler à leur bon souvenir…