A la poursuite d’un emploi sur le web

J’ai eu la chance de participer à plusieurs rencontres autour de la thématique de l’emploi. S’il y a un bien un domaine sur lequel le médiateur numérique doit concentrer ses efforts, c’est bien ce lui de l’emploi. En effet, le chantier est bien vaste…et la recherche d’un emploi sur internet peut relever du film d’aventure… Dématérialisation C’est en 1995 avec la loi sur la modernisation de l’état que la dématérialisation va devenir un leitmotiv. Pour autant il faudra attendre une bonne dizaine d’années et l’arrivée de l’ADSL pour que l’on passe à la vitesse supérieure en la matière. En matière de recherche d’emploi,la création du Pôle Emploi a encore accéléré les choses et évidement la politique du gouvernement en matière de réduction des effectifs de la fonction publique a joué aussi un rôle prépondérant dans cette dématérialisation. Tant et si bien que même un aide-maçon doit avoir un lot de compétences numériques minimum pour pouvoir trouver un emploi. En effet, même l’inscription aux services de pôle Emploi s’effectue depuis Internet. Plus besoin de se déplacer, sauf pour l’entretien avec le conseiller. Ce qui apparaîtrait logique à mon sens pour palier la fermeture de certains sites et éviter à des usagers des dizaines de kilomètres, serait d’équiper les pôle Emplois en Web-Cam. Bon, nous n’en sommes pas tout à fait à dématérialisé les rendez-vous, mais cela ne saurait tarder. Mission Impossible Pour ceux qui n’auraient pas accès à Internet, l’inscription par téléphone est possible à partir du 3949. Pas facile, à croire que ce 3949 n’a que comme mission que de réorienter les usagers vers internet. Qu’à cela ne tienne, nous voilà inscrits sur le site de Pôle Emploi, rendez-vous à l’agence pour la suite. A l’agence après le rendez-vous avec un conseiller, on profite d’être sur place pour utiliser les ressources de l’agence. Direction les ordinateurs pour saisir CV, lettre de motivation. Motivation : c’est le mot qui convient le mieux dans cette démarche. Une fois devant l’ordinateur, vous n’avez pas la possibilité d’activer un éditeur de texte et un seul est disponible celui de Pôle Emploi. Au mieux, il

Read more

Internet, chasse gardée des jeunes ?

La Délégation aux Usages de l’Internet propose une e-formation aux usages responsables de l’internet initiée par Tralalère et le Céméa. Cette formation est à destination des animateurs d’Espaces Publics Numériques. Déjà on peut s’étonner du public cible, tant il semble évident qu’un animateur d’EPN est formé à ces usages responsables de l’internet.  Envisageons plutôt cette formation en ligne comme une remise à niveau, ce qui est toujours utile.

Read more

Être ou ne pas être sur Facebook ?

Certaines collectivités se posent la question de savoir s’il faut être ou ne pas être présent sur le réseau social “Facebook”. Dans une liste de discussion de professionnels des collectivités locales, voici la réponse que donne un cabinet “attention, y être c’est aussi s’exposer aux critiques… ” Voici un argument qui devrait finir de convaincre tous les maires de France et de Navarre de ne pas être présent sur les réseaux sociaux. Pour aborder la question avec un peu plus de sérieux, tentons de répondre à la question du Chargé de Communication de Maville : “faut-il être présent sur Facebook” ?

Read more

Sensibiliser aux usages d’internet ?

La conduite de séquence de sensibilisation aux usages d’internet est un exercice de style faisant partie du bagage obligatoire du médiateur numérique (ou animateur multimédia, mais remettons ce débat là à plus tard). Bien que passage quasi incontournable de la fonction, le rôle du médiateur numérique est d’y donner un sens. La peur du méchant loup. C’est le nom que je donne à la méthode utilisée par mon opérateur. Il n’y a pas si longtemps de cela je reçois un appel du service commercial de mon fournisseur d’accès à internet (FAI).  Après les politesses d’usages celui souhaite m’interroger sur les mesures de sécurité prises sur mon ordinateur (rien que ça).  Mon interlocuteur me demande d’abord si j’ai des enfants qui utilisent l’ordinateur, puis si mon ordinateur est équipé d’un anti-virus, d’un anti-espiogiciel (spyware), d’un anti-rootkit, d’un anti-phishing et d’un logiciel de contrôle parental (et peut-être encore d’autres programmes). Je réponds à ce dernier ce qu’il veut entendre, que j’ai des enfants qui accèdent à mon ordinateur et que je n’ai aucun des logiciels qu’il a mentionné (ce qui en plus est vrai). Mon interlocuteur prend un ton alarmiste et limite me sermonne sur mon rôle de parent qui devrait faire plus attention parce que Internet c’est quand même dangereux. Fort heureusement mon FAI a créé un pack sécurité pour que je puisse utiliser tout cela tranquillement pour la modique somme de 5 € par mois ! Il s’en est fallu de peu pour que je résilie mon abonnement pour éviter l’exposition à un tel risque. Pour la petite histoire, quand le commercial m’a demandé quelle version de Windows j’utilisais et que je lui ai répondu que j’étais sous Linux il a raccroché. Cette stratégie commerciale est souvent utilisée et demandée. Combien d’interventions ont lieu sur les risques ou les dangers liés à Internet ? Sur la cyberadiction , le happy-slapping , l’accoutumance aux jeux vidéos, le sexting…? La stratégie de la peur n’est efficace que pour éloigner une partie du public d’un danger, hors le propos du médiateur numérique est d’amener le public à internet. Il conviendrait de privilégier la

Read more