Safer Internet Day 2019

Ce 5 février c’est le Safer Internet Day, traduisez par la journée pour un internet plus sur.  Cela fait presque une quinzaine d’années que je participe à ma manière à cette journée pour un Internet plus sur. Et si la technologie a beaucoup évolué, les problématiques restent les mêmes.  On pourrait les regrouper en trois grandes thématiques : hygiène, respect et bon sens. La réponse à mettre en face reste elle aussi identique : Accompagner.

Hygiène numérique

L’ordinateur, la tablette, le smartphone, l’enceinte vocale sont des appareils technologiques. Cela va sans dire, mais doivent être considérés au même titre qu’un réfrigérateur ou une voiture. Ils possèdent un mode d’emploi qui décrit quelques précautions d’usage et d’entretien. Parmi celles -ci figurent l’installation d’un anti-virus à jour et d’un nettoyeur de disque pour éliminer des éléments indésirables. Pour le nettoyeur de disque, on le fait tourner une fois tous les quinze jours et une fois par mois, on procède à une analyse complète de son appareil via son logiciel d’antivirus. On sauvegarde sur des supports externes (ou sur le cloud) ses éléments précieux par précaution. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai été appelé pour un plantage du disque dur qui s’est terminé par une réinitialisation depuis zéro.

L’antivirus ce n’est pas une arme magique. Il faut considérer cela comme un vaccin. Si vous vous promenez torse nu en plein hiver, il est probable que attrapiez la grippe, même en étant vacciné.  De la même manière sur Internet, on veille à garder du bon sens (voire le point dédié à ce sujet).

Dans un autre registre, on complète son kit d’hygiène numérique en sécurisant l’accès à ses différents comptes. Une clef pour chaque porte et un mot de passe pour chaque service. Il existe de très bons outils de gestionnaires de mots de passe. On évite également de mémoriser ses identifiants bancaires sur le web. Si vous vous demandez pourquoi, vous pouvez m’envoyer une copie recto/verso de votre carte bleue.

Respect

En 2019, il faut encore expliquer qu’Internet est un espace public et qu’en ce sens il est soumis aux règles élémentaires de courtoisie. Notez que ce point vaut aussi bien pour des enfants que pour des adultes. Twitter est célèbre pour ses clashs dans lesquels le vocabulaire fleuri est largement exploité, y compris par des adultes désignés comme responsables. Ce comportement est d’autant plus préjudiciable qu’il sert de référence pour certains enfants. Nous avons un devoir de nous comporter en adulte responsable et de transmettre ces valeurs essentielles à nos enfants.

Certains voudraient filtrer le réseaux pour empêcher les propos haineux. On peut comprendre la volonté que de tels propos ne soient pas reproduits. Pour autant, la régulation par défaut, par les opérateurs ou par les pouvoirs publics est une aliénation à nos libertés individuelles. L’éducation est notre seule clef, mais elle nécessite un devoir d’exemplarité minimum. En guise d’exemple, aucun professeur ne tolérerait que ses élèves aient un comportement semblable à certains de nos députés en séance publique. Internet est le reflet de notre société.

Esprit Critique

Le bon sens est la chose la mieux partagée car chacun pense en être si bien pourvu, que même ceux qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n’ont point coutume d’en désirer plus qu’ils en ont. En quoi il n’est pas vraisemblable que tous se trompent ; mais plutôt cela témoigne que la puissance de bien juger, et de distinguer le vrai d’avec le faux, qui est proprement ce qu’on nomme le bon sens ou la raison, est naturellement égale en tout homme ; et qu’ainsi la diversité de nos opinions ne vient pas de ce que les uns sont plus raisonnables que les autres, mais seulement de ce que nous conduisons nos pensées par diverses voies, et ne considérons pas les mêmes choses. Car ce n’est pas assez d’avoir l’esprit bon, mais le principal est l’appliquer bien.

Nul besoin d’étudier Descartes et son premier discours de la méthode pour cultiver et diffuser un peu de bon sens. Toutes ces offres qui sont trop belles pour être vraies, ces publications qui nous révulsent, nous bouleversent mettent à mal notre bon sens et notre capacité à bien l’appliquer. Tout comme il faut tourner sept fois sa langue avant de parler, tournons sept fois nos doigts avant de cliquer. Enseignons, transmettons un peu de méthode. Au pays de Descartes, cela devrait être une lapalissade.