Eduquer au numérique, les enseignants ne sont pas seuls

Four Laptops Per Child« Plus de 4000 lieux publics d’accès à l’internet sont ouverts en France, dans lesquels un ou plusieurs animateurs multimédias accompagnent, initient chacun à maîtriser et bien utiliser ces outils et services offerts par internet et plus largement par les technologies de l’information et de la communication.»

(Netpublic.fr)

 

Des ressources locales

Ces lieux d’accès publics à internet plus communément appelés Espaces Publics Numériques (EPN) sont souvent des lieux financés par les collectivités locales. Ces EPN ont toute légitimité pour accompagner les enseignants dans leur approche personnelles des mondes numériques. Au-delà des enseignants, les EPN peuvent s’inscrire parfaitement dans une dynamique locale. Depuis de nombreuses années les EPN s’inscrivent dans des campagnes nationales visant à réduire la fracture des usages numériques.

Ainsi en février les EPN sont invités à proposer des animations en lien avec le programme « Internet plus sur » (Safer Internet Day) destiné à promouvoir une utilisation plus sûre et plus responsable de l’Internet fixe et mobile chez les jeunes. Comment ne pas y voir un lien évident avec le module « naviguer dans un environnement plus sur » du B2i ?

Le numérique pour tous

Au-delà de la formation des enfants à un usage maîtrisé des nouvelles technologies, il est primordial que ces notions puissent s’exporter en dehors de l’école. Pour ce faire, il me paraît primordial d’associer les parents à la démarche. Les parents sont parfois en recherche de clefs de lecture des usages numériques, ils se sentent parfois dépassés et se rangent derrière la soit-disante maîtrise technique de leurs enfants pour ne pas les accompagner dans leurs usages numériques. Là encore, l’EPN est un interlocuteur naturel pour conforter le parent dans son rôle pédagogique vis à vis des nouvelles technologies. Il ne s’agît pas d’apprendre aux parents à Twitter, mais à les aider à comprendre ce que font leurs enfants dans les mondes numériques pour qu’ils puissent mieux se positionner. Bien entendu une initiation à Twitter est toujours possible dans un EPN.

A propos de l’utilisation d’un service web ou d’un logiciel, l’EPN peut accompagner l’adulte dans sa prise en main de l’outil. Demain, un enseignant d’une commune souhaite utiliser Twitter en classe. En venant dans un EPN, il pourra comprendre le fonctionnement de Twitter et apprendre à s’en servir. Il pourra bénéficier en outre de la veille qu’il effectue pour être mis en lien avec des collègues enseignants qui utilisent déjà Twitter. Enfin, il pourra solliciter l’EPN sur une fonctionnalité précise de l’outil dans 3 ou 4 mois. Charge à l’enseignant de savoir ensuite comment il va l’utiliser dans sa classe. Et pourquoi ne pas s’appuyer sur l’EPN quand la collectivité va équiper ses écoles de tablettes tactiles ? L’EPN accompagne des seniors, des demandeurs d’emplois, des personnes illettrées, des personnes en situation de handicap aux usages numériques, pourquoi ne pourrait il pas accompagner les enseignants ? Cette question se pose d’autant plus lorsque dans l’EPN de votre commune le médiateur numérique est titulaire du C2i2e éducation…

« L’école ne s’arrête pas à ses murs » déclarait Vincent PEILLON à l’assemblée de Ludovia2012, franchira t-elle la porte des EPN ?

 

 

A la poursuite d’un emploi sur le web

J’ai eu la chance de participer à plusieurs rencontres autour de la thématique de l’emploi. S’il y a un bien un domaine sur lequel le médiateur numérique doit concentrer ses efforts, c’est bien ce lui de l’emploi. En effet, le chantier est bien vaste…et la recherche d’un emploi sur internet peut relever du film d’aventure…

Dématérialisation

TravailC’est en 1995 avec la loi sur la modernisation de l’état que la dématérialisation va devenir un leitmotiv. Pour autant il faudra attendre une bonne dizaine d’années et l’arrivée de l’ADSL pour que l’on passe à la vitesse supérieure en la matière. En matière de recherche d’emploi,la création du Pôle Emploi a encore accéléré les choses et évidement la politique du gouvernement en matière de réduction des effectifs de la fonction publique a joué aussi un rôle prépondérant dans cette dématérialisation. Tant et si bien que même un aide-maçon doit avoir un lot de compétences numériques minimum pour pouvoir trouver un emploi.

En effet, même l’inscription aux services de pôle Emploi s’effectue depuis Internet. Plus besoin de se déplacer, sauf pour l’entretien avec le conseiller. Ce qui apparaîtrait logique à mon sens pour palier la fermeture de certains sites et éviter à des usagers des dizaines de kilomètres, serait d’équiper les pôle Emplois en Web-Cam. Bon, nous n’en sommes pas tout à fait à dématérialisé les rendez-vous, mais cela ne saurait tarder.

Mission Impossible

Pour ceux qui n’auraient pas accès à Internet, l’inscription par téléphone est possible à partir du 3949. Pas facile, à croire que ce 3949 n’a que comme mission que de réorienter les usagers vers internet. Qu’à cela ne tienne, nous voilà inscrits sur le site de Pôle Emploi, rendez-vous à l’agence pour la suite.

A l’agence après le rendez-vous avec un conseiller, on profite d’être sur place pour utiliser les ressources de l’agence. Direction les ordinateurs pour saisir CV, lettre de motivation. Motivation : c’est le mot qui convient le mieux dans cette démarche. Une fois devant l’ordinateur, vous n’avez pas la possibilité d’activer un éditeur de texte et un seul est disponible celui de Pôle Emploi. Au mieux, il est possible de saisir son CV sur un ordinateur (enfin quelque chose qui y ressemble) dédié pour pouvoir l’imprimer. Bien entendu sur cet appareil il n’est possible d’avoir accès qu’à l’éditeur de texte. Pour les audacieux qui souhaiteraient inclure une photo ou encore sauvegarder ce CV sur un support amovible, c’est juste pas possible.  dans le meilleur des cas il est bien possible de brancher sa clef USB, mais impossible d’accéder à son contenu…

Qu’importe, passons à la phase deux du plan la recherche d’emploi. un seul site est disponible celui de Pôle Emploi. Après le rendez-vous avec le conseiller emploi, vous êtes reparti avec un conseil type :

“N’hésitez pas à utiliser le site de Pôle Emploi, vous recevrez bientôt une convocation pour faire le point sur vos recherches…”

Seul au monde…

Le site de Pôle Emploi est bien plus qu’un site emploi, tellement riche qu’il est même difficile de trouver quelqu’un au sein de Pôle Emploi qui puisse en tirer toute la quintessence. Un site tellement complexe, qu’il apparaît parfois plus simple de s’en passer. Et sans vouloir ôter du mérite aux agents de Pôle Emploi, il n’est pas dans leurs missions, a priori, d’expliquer à un demandeur d’emploi comment se servir d’un ordinateur. Il est capital pour un médiateur numérique d’entrer en relation avec l’agence pôle emploi locale. l’accompagnement des demandeurs d’emploi est souvent un enjeu financier important et le médiateur numérique offre une solution concurrentielle particulièrement efficace, mais pas nécessairement gratuite. Pourquoi serait il normal de contracter avec un organisme de formation pour l’accompagnement à la rédaction de CV en facturant la prestation à hauteur de 45 € / heure, alors qu’il apparaît anormal de valoriser le travail du médiateur numérique.

Le CV en ligne, les réseaux sociaux professionnels, l’identité numérique, la création de boite à lettre électronique relèvent de notre compétence. sauf erreur de ma part nous ne travaillons pas bénévolement. parfois même, certaines structures cherchent une assise financière plus assurée. Un partenariat “intelligent” avec Pôle Emploi peut s’avérer un partenariat “gagnant-gagnant” et à la vue du fossé numérique qui se creuse au niveau des demandeurs d’emploi, il est grand temps que les médiateurs numériques se manifestent. peut-être même que cela devrait se faire au plus haut niveau…