La culture au futur et à mesure

Quand on va à un concert on parle généralement de la musique. Ce soir là en allant voir “Au futur et à mesure” à l’espace Grangette de Thonon, j’ ai vu des choses qui me semblent bien plus intéressantes à relater que l’aspect artistique. Il faut dire que sur l’aspect artistique pur, je ne serai peut-être pas le meilleur juge qui soit. On peut faire de la musique depuis son plus jeune âge, avoir exercé à titre professionnel ou semi-professionnel pendant une grosse dizaine d’années et avoir des lacunes sur des pans entiers de la musique. C’est justement le cas en ce qui me concerne pour les  musiques urbaines au sens large du terme et du Rap en particulier. Question de culture, de parcours et de rencontres.Ce soir là donc, je ne suis pas venu à un concert de rap, je suis venu témoigner de mon amitié à un pote qui justement organisait un concert de rap. Pendant des années j ai été témoin et parfois facilitateur de la créativité de la jeunesse thononaise. Depuis des années j’entends toujours ce même refrain de la part de ces artistes et entrepreneurs amateurs (dans le sens ou ils n’en font pas leur métier) . Ils ne demandent pas grand chose. Ils demandent à pouvoir partager leur passion au plus grand nombre. D’autre part ils verraient d’un bon œil qu’on encourage et soutienne leurs initiatives. Cela  passe par des choses aussi simples que faire acte de présence. Être présent est un acte gratuit. Être présent c’est la possibilité de faire des rencontres, de nouer des échanges et de partager une expérience commune d’égal à égal. La musique a ceci de magique qu’elle s’adresse à chacun de nous de la même manière même si chacun de nous la perçoit de manière différente. Ce soir là, j’ ai vu des gens qui se donnaient du mal pour faire bouger les choses à leur manière avec une once d’insouciance et de maladresse qui rend leur démarche remarquable. J’ai vu des gens qui malgré les obstacles avaient le souci de remplir la mission qu’ils s’étaient fixée. Quand

Read more

On a sauvé maryvette

La victoire des réseaux sociaux L’histoire est digne d’un mauvais téléfilm américain. Les réseaux sociaux ont sauvé Maryvette. Maryvette c’est cette employée lambda d’une grande chaîne de distribution menacée de licenciement pour avoir “volé” un ticket de caisse. L’ histoire aurait peut être fait l’objet d’ une brève dans un quotidien de la presse locale, mais au lieu de cela elle c’est retrouvée en tête des trending topics deTwitter, offrant là un bad buzz d un million pour un ticket à un euro selon la formule de Maître Eolas, l’avocat 2.0. Pendant plusieurs jours la page Facebook de cette enseigne a essuyé des déluges de commentaires indignés de milliers  d’internautes scandalisés par les intentions de cette enseigne. Tant est si bien je la grande enseigne en question à fait marche arrière et que Maryvette (prénom d’ emprunt) ne sera pas licenciée pour cet odieux méfait. Victoire du web ? Les nouveaux champs de batailles ? Pas si sur. L’internaute semble capable de s’emparer des réseaux sociaux pour s’impliquer dans une cause, mais paraît peu enclin à les utiliser pour militer. Internet paraît être le dernier lieu public de protestation à la mode, protestation et non mobilisation. Que cela soit pour son association, pour ses idées politiques, l’internaute se saisit peu de la caisse de résonance offerte par le médias sociaux. En matière , j y vois pour ma part un manque d’ éducation aux outils et aux usages du web. Combien d internautes sont capables d’ouvrir un blog, de créer un compte twitter ou d’alimenter un tumblr pour véhiculer leurs idees et opinions ?Combien d’entre eux vont se servir de l’outil pour alimenter leur réflexion personnelle en cette année électorale qui va s’ouvrir ? Pourquoi les associations 1901 sont si peu présentes dans e web 2.0? Peut-être parce que l’internaute n à pas intègré  la dimension sociale des nouvelles technologies et que le web 2.0 dit web social, n’est social que pour une minorité . Il appartient vraisemblablement au médiateur numérique d’ accompagner l’usager dans cette approche socale des nouvelles technologies en proposant par exemple aux associations d investir le

Read more