Une goguette dans l’ombre des p’tits malins

Ce samedi 20 octobre, nous sommes allés en famille à la Goguette des Mouflettes organisée par l’Espace Grangette. Cela a été un moment très sympa. Les enfants ont profité des ateliers avant de voir un beau spectacle de théâtre d’ombres et de partager un goûter. Toute cette prestation était gratuite et aurait mérité un peu plus de monde. D’après moi il y avait une trentaine, voire une quarantaine de participants à cet événement dont les 3/4 étaient venus par le centre social.  L’Espace Grangette et le Centre Social sont gérés par le même opérateur. Cet opérateur a organisé une manifestation pour laquelle il a mobilisé des moyens humains, logistiques et financiers pour un résultat assez faible. Car pour garnir les rangs de son immense salle (jauge de 200 places), ce même opérateur a mobilisé des moyens supplémentaires en terme de personnel. Au final, le résultat ne me semble pas à la hauteur des moyens dépensés.

Read more

La culture au futur et à mesure

Quand on va à un concert on parle généralement de la musique. Ce soir là en allant voir “Au futur et à mesure” à l’espace Grangette de Thonon, j’ ai vu des choses qui me semblent bien plus intéressantes à relater que l’aspect artistique. Il faut dire que sur l’aspect artistique pur, je ne serai peut-être pas le meilleur juge qui soit. On peut faire de la musique depuis son plus jeune âge, avoir exercé à titre professionnel ou semi-professionnel pendant une grosse dizaine d’années et avoir des lacunes sur des pans entiers de la musique. C’est justement le cas en ce qui me concerne pour les  musiques urbaines au sens large du terme et du Rap en particulier. Question de culture, de parcours et de rencontres.Ce soir là donc, je ne suis pas venu à un concert de rap, je suis venu témoigner de mon amitié à un pote qui justement organisait un concert de rap. Pendant des années j ai été témoin et parfois facilitateur de la créativité de la jeunesse thononaise. Depuis des années j’entends toujours ce même refrain de la part de ces artistes et entrepreneurs amateurs (dans le sens ou ils n’en font pas leur métier) . Ils ne demandent pas grand chose. Ils demandent à pouvoir partager leur passion au plus grand nombre. D’autre part ils verraient d’un bon œil qu’on encourage et soutienne leurs initiatives. Cela  passe par des choses aussi simples que faire acte de présence. Être présent est un acte gratuit. Être présent c’est la possibilité de faire des rencontres, de nouer des échanges et de partager une expérience commune d’égal à égal. La musique a ceci de magique qu’elle s’adresse à chacun de nous de la même manière même si chacun de nous la perçoit de manière différente. Ce soir là, j’ ai vu des gens qui se donnaient du mal pour faire bouger les choses à leur manière avec une once d’insouciance et de maladresse qui rend leur démarche remarquable. J’ai vu des gens qui malgré les obstacles avaient le souci de remplir la mission qu’ils s’étaient fixée. Quand

Read more

Dans les coulisses des Fondus

La 22ième édition du festival des Fondus du Macadam vient de s’achever et je vais pouvoir mettre en sommeil la page dédiée que je gère.  Mon rôle cette année était encore d’assurer la présence en ligne en temps réel du festival. Parce que ce rôle d’une manière générale est peut être parfois encore méconnu, je vous livre ici mon expérience. Entrez dans les coulisses du festival des Fondus du Macadam

Read more

L’EPN un acteur du numérique ?

Ce jeudi 22 novembre Renaissance Numérique a animé une série de débats participatifs réunissant 400 acteurs du numérique autour de la question : le numérique pour sortir de la crise. Ce qui m’a intrigué dans cette rencontre (comme dans d’autres rencontres du même acabit) c’est l’absence des Espaces Publics Numériques. D’où une interrogation simple : les Espaces Publics Numériques peuvent ils être considérés comme des acteurs du numérique ? Question à laquelle je réponds bien évidemment oui.

Read more

De l’animateur multimédia au médiateur numérique

L’animateur multimédia L’animateur multimédia est généralement présenté comme un pédagogue doublé d’un technicien. Ainsi sur le site du CIDJ ” activités éducatives, artistiques, ludiques, techniques, lui servent d’applications pédagogiques pour ses « élèves ». Il procède à ses activités d’enseignement, d’accompagnement individuel ou collectif en organisant des ateliers. Il conseille, explique, démontre par l’exemple et propose divers exercices d’application. Explications du fonctionnement et du maniement des outils et familiarisation des principaux usages de l’internet constituent le « plat de résistance » de son métier. L’animateur remplit aussi une activité de maintenance courante du matériel et des logiciels des postes informatiques. “ Sortie de son contexte cette définition pourrait faire penser à celle d’un professeur en nouvelles technologies.  Si l’apprentissage des nouvelles technologies est effectivement l’une des composantes de ce métier, l’animateur multimédia n’est pas le seul professionnel à intervenir sur ce domaine. Le médiateur numérique Au sein d’un même territoire, de nombreux acteurs sont concernés par l’apprentissage des nouvelles technologies, en premier lieu l’éducation nationale et les organismes de formation. Cet apprentissage démarre dès le primaire par l’intermédiaire du Brevet Informatique et Internet. Le module 2 (adopter une attitude responsable) de ce B2i est souvent celui qui pose le plus de difficulté dans sa transmission, et les écoles sont nombreuses à faire appel à des intervenants extérieurs. Le profil de ces intervenants montre bien l’étendu des notions à appréhender pour bâtir une culture numérique de base. Parfois il est fait appel à la Gendarmerie (ou à la Police), parfois à des prestataires privés dépendant de grosses sociétés américaines, parfois à des associations locales, et parfois même à des animateurs multimédias. Le rôle du médiateur numérique est de pouvoir fédérer l’ensemble de ces acteurs autour d’une définition de la culture numérique de proximité. A cet effet cette culture numérique doit s’envisager tout au long de la vie et être le reflet d’une politique locale coordonnée. C’est en ce sens, à mon avis, qu’il faut parler de médiation numérique et non d’animation multimédia. Peut-être aurons nous le plaisir d’en débattre aux Assises de la Médiation Numérique ?

Read more