Dans les coulisses des Fondus

La 22ième édition du festival des Fondus du Macadam vient de s’achever et je vais pouvoir mettre en sommeil la page dédiée que je gère.  Mon rôle cette année était encore d’assurer la présence en ligne en temps réel du festival. Parce que ce rôle d’une manière générale est peut être parfois encore méconnu, je vous livre ici mon expérience. Entrez dans les coulisses du festival des Fondus du Macadam Continue reading “Dans les coulisses des Fondus”

L’EPN un acteur du numérique ?

Ce jeudi 22 novembre Renaissance Numérique a animé une série de débats participatifs réunissant 400 acteurs du numérique autour de la question : le numérique pour sortir de la crise. Ce qui m’a intrigué dans cette rencontre (comme dans d’autres rencontres du même acabit) c’est l’absence des Espaces Publics Numériques. D’où une interrogation simple : les Espaces Publics Numériques peuvent ils être considérés comme des acteurs du numérique ? Question à laquelle je réponds bien évidemment oui.

Continue reading “L’EPN un acteur du numérique ?”

De l’animateur multimédia au médiateur numérique

L’animateur multimédia

L’animateur multimédia est généralement présenté comme un pédagogue doublé d’un technicien. Ainsi sur le site du CIDJ ” activités éducatives, artistiques, ludiques, techniques, lui servent d’applications pédagogiques pour ses « élèves ». Il procède à ses activités d’enseignement, d’accompagnement individuel ou collectif en organisant des ateliers. Il conseille, explique, démontre par l’exemple et propose divers exercices d’application. Explications du fonctionnement et du maniement des outils et familiarisation des principaux usages de l’internet constituent le « plat de résistance » de son métier. L’animateur remplit aussi une activité de maintenance courante du matériel et des logiciels des postes informatiques. “

Sortie de son contexte cette définition pourrait faire penser à celle d’un professeur en nouvelles technologies.  Si l’apprentissage des nouvelles technologies est effectivement l’une des composantes de ce métier, l’animateur multimédia n’est pas le seul professionnel à intervenir sur ce domaine.

Le médiateur numérique

Au sein d’un même territoire, de nombreux acteurs sont concernés par l’apprentissage des nouvelles technologies, en premier lieu l’éducation nationale et les organismes de formation. Cet apprentissage démarre dès le primaire par l’intermédiaire du Brevet Informatique et Internet. Le module 2 (adopter une attitude responsable) de ce B2i est souvent celui qui pose le plus de difficulté dans sa transmission, et les écoles sont nombreuses à faire appel à des intervenants extérieurs. Le profil de ces intervenants montre bien l’étendu des notions à appréhender pour bâtir une culture numérique de base. Parfois il est fait appel à la Gendarmerie (ou à la Police), parfois à des prestataires privés dépendant de grosses sociétés américaines, parfois à des associations locales, et parfois même à des animateurs multimédias.

Le rôle du médiateur numérique est de pouvoir fédérer l’ensemble de ces acteurs autour d’une définition de la culture numérique de proximité. A cet effet cette culture numérique doit s’envisager tout au long de la vie et être le reflet d’une politique locale coordonnée. C’est en ce sens, à mon avis, qu’il faut parler de médiation numérique et non d’animation multimédia.

Peut-être aurons nous le plaisir d’en débattre aux Assises de la Médiation Numérique ?

Vers le Formateur 2.0

CultureL’UMP et le PS viennent de publier leur proposition de projet numérique en vue des élections présidentielles de 2012.  L’un et l’autre font une part belle au développement d’une culture numérique au près de tous les Français. Ainsi l’UMP :”
“L’Internet fait intégralement partie de notre société. Il faut apprendre à chacun des Français à utiliser « l’outil », à en comprendre les nouveaux usages et leurs conséquences: il faut former, éduquer, informer toujours plus,..”

Le C2i2e/formateur

Avec plus de 4000 lieux sur tout le territoire, les Espaces Publics Numériques sont les lieux d’éducation aux usages du numérique pour tous. L’animateur multimédia a pour mission d’apprendre à utiliser l’outil et de faire comprendre les usages. Cependant les jeunes générations sont elles formées et éduquées à l’outil et à ces usages au sein des établissements scolaires ?

Initier aux outils et aux usages demandent des compétences spécifiques qui sont validées à ce jour par le Certificat Informatique et Internet niveau 2. Ce certificat est parfois donné au sein de l’Éducation Nationale sans aucune vérification des aptitudes et/ou capacités à intégrer les nouvelles technologies dans l’enseignement.

Paradoxalement, ce certificat n’est pas accessible aux animateurs d’Espaces Publics Numériques dont c’est pourtant la mission. On peut ainsi se trouver sur certains territoires dans une situation avec un enseignant qui possède le diplôme mais pas les compétences et un animateur d’Espace Public Numérique qui possède les compétences mais pas le diplôme.  Le C2I Éducation est par ailleurs délivré par l’Éducation Nationale. Sont admis à se présenter au C2i2e les candidats engagés dans une formation de l’enseignement supérieur conduisant à la délivrance d’un diplôme ou d’un titre reconnu par l’État de niveau bac + 5, les candidats titulaires d’un diplôme de niveau bac + 5, les enseignants en poste et les formateurs.

Problème supplémentaires, les animateurs d’Espace Public Numérique ont rarement un diplôme de formateur. C’est face à ce type de constat qu’est menée en ce moment une expérimentation visant à délivrer le C2i2e pour des formateurs, y compris pour des animateurs d’Espaces Publics Numériques. Un groupe de pionniers, dont je fais partie, teste actuellement cette démarche avant de la modéliser ensuite à un plus grand nombre.  Si la démarche vous intéresse n’hésitez pas à interpeller le groupe de pionniers…