Guide : montre les chemins

Nombreux sont ceux qui s’accordent pour dire que le numérique change notre société, certains affirment que le numérique est également l’instrument du changement. le médiateur numérique de part son rôle de vigie des mondes numériques peut entrevoir les chemins possibles et peut également accompagner ce changement. Du médiateur Le médiateur est par définition celui qui règle les conflits entre deux (ou plus) protagonistes. Le médiateur numérique joue ce rôle mais entre deux type de société. La société que nous quittons et celle vers laquelle nous allons. Changer de paradigme, de société ne se fait pas sans conflit, sans levier de bouclier. Le médiateur numérique accompagne ce changement. De la neutralité Il me semble difficile de rester neutre dans le champ de la médiation numérique. Nombre d’activités font l’affaire de choix. Souvent, ceux-là même qui se positionnent sur la nécessité d’être neutres encouragent vivement le choix du logiciel libre. Or il me semble que préconiser le logiciel libre est en soit un acte militant. Certes l’utilisation de Libre Office ne fait pas de son utilisateur un apôtre du libre, mais elle permet au médiateur de présenter un autre chemin de société. Quand l’utilisateur va vouloir crée un compte de messagerie, il sera le plus souvent orienté vers un serveur de messagerie, rarement vers plusieurs. On oublie parfois que l’utilisateur n’est pas forcément un exclu du numérique, aussi quand le SIG de la commune va vouloir revoir sa cartographique, ne faudrait il pas s’assurer qu’ils connaissent Open Street map ? Du numérique Au delà des techniques, le médiateur va sur les usages. certes il apprend concrètement à créer son compte sur tel ou tel réseau social. Ce faisant, il guide l’utilisateur dans le champ des possibles du numérique pour utiliser au mieux les outils disponibles selon ses besoins.

Read more

Qui fait l’info sur le net ?

Il y a quelques semaines de cela dans le cadre de la semaine des médias à l’école, la question posée était : qui fait l’info ?  S’il n’est pas toujours facile de savoir qui fait l’info, par contre il est certain que l’info se fait sur internet. Le twitter buzz Twitter semble s’imposer de plus en plus comme le média du temps réel.  Cela est surement du à la simplicité d’utilisation du service et à l’audience qui peut être générée par un bon message. Cette montée en puissance de Twitter n’est pas sans poser quelques soucis notamment aux médias traditionnels. Comment le journaliste doit-il se comporter vis à vis de cet outil ? Peut-il diffuser de l’information sur Twitter au risque de ne pas garder l’exclusivité pour son média ? Peut il citer Twitter comme source au risque que certaines informations ne soient pas données par des journalistes mais par des citoyens ordinaires ? Comment peut-il alimenter un compte Twitter, sachant que chacun des ses gazouillis peut être repris (retweeté devrais-je dire) ou sera considéré comme une information fiable ? L’avis du CSA Quand les journalistes se posent des questions sur l’évolution, il y a plusieurs façons de répondre. La réponse du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, vient nous plonger tout droit dans la quatrième dimension. Pour se faire une idée plus précise des conséquences de cette décision il convient de se reporter au billet de Jean Christophe Dupuis-Rémond sur son blog (auquel la syndication est vivement recommandée). Quelques jours plus tôt, en pleine tourment #DSK c’est canal Plus qui s’illustrait en interdisant à ses journalistes de twitter alors que ceux-ci se servaient de Twitter pour informer. Le fameux web 2.0, ou web social en portant tous les internautes en qualité de contributeurs a fait de chacun d’entre nous une source d’information. De fait le métier de journaliste évolue et les “indics” des séries noires deviennent des “twittos”. Le journaliste se mue ainsi en manager de communauté virtuelle, à défaut de faire l’info, c’est lui qui en atteste et en vérifie la qualité. En ce qui me concerne, je vous invite

Read more