Trois mois avec Paul

Paul, c’est Pôle-Emploi. Cela fait trois mois que je bénéficie de ses services. Quand j’étais responsable de mon Espace Public Numérique, les demandes liées à l’emploi représentaient 40% de l’accès libre (sans rendez-vous, ni ateliers). Situé à peine à 500 mètres de l’agence je m’étonnais qu’autant de gens venaient de la part de Paul. Aujourd’hui que je suis de l’autre côté de la barrière, je me demande comment on en a pas eu plus…

Conseiller ?

“Le conseiller accompagne, indemnise et oriente les demandeurs d’emploi. Il suit leurs dossiers personnels jusqu’à leur retour à l’emploi.” (site pôle emploi). Jusque là j’ai plutôt eu affaire (par mail) à des personnes qui me demandaient des justificatifs, des papiers ou me proposaient des services sans aucun rapport avec mon profil. Tout à commencer lors du seul entretien présentiel que j’ai eu. L’objectif de cet entretien était d’évaluer le niveau d’accompagnement nécessaire en fonction de mon profil. La personne examine mon CV pendant deux minutes et me demande si je sais utiliser Word et Excel, en précisant qu’il s’agit de questions posées à tous les demandeurs d’emploi. Autant je visualise très bien pourquoi on demande à un chômeur s’il sait se servir de Word autant pour Excel, je reste circonspect. Je regarde donc cette personne, lui remontre mon CV sur lequel il est inscrit que j’ai une expérience de 15 ans en tant que Formateur Informatique. Elle m’interroge sur ce que veut dire Community Manager et de là elle conclut que je peux me contenter d’un suivi par mail.

Accompagner ?

En trois mois j’ai appris que pour obtenir un suivi, il convient de poser une question. Mon dossier d’indemnités du mois de Mars est resté bloqué pendant ces trois mois. Si je n’avais pas posé la question du pourquoi, il le serait encore. Le plus drôle ce sont les réponses du type : “Il manque une pièce”qui oblige à renvoyer un mail pour savoir quelle pièce manque…ça serait trop simple d’aller à l’essentiel.
On me positionne dans un atelier “rédaction d’un CV” avec présence obligatoire sous peine de radiation. La veille, la formatrice m’appelle en me disant qu’à la vue de mon CV, il n’est pas utile que je vienne, je serais noté en absent excusé. Forcément quand t’as accompagné pendant douze ans des milliers de demandeurs d’emploi dans leurs démarches numériques, on peut supposer que tu sais faire un CV. Hélas ma place n’aura pas profité à quelqu’un d’autre qui en aurait eu plus besoin. Par contre, j’ai reçu un joli courrier de Paul me demandant de justifier pourquoi je n’étais pas venu et que mon absence m’exposait à une radiation ! La formatrice de Pôle Emploi n’avait pas transmis l’information au conseiller qui a actionné le bouton rouge immédiatement !
Dans la même veine, un autre conseiller (je crois que j’ai eu à faire à au moins six agents de Paul en trois mois) m’a orienté vers un service prescrit chez un prestataire extérieur. Ce prestataire m’a reçu une heure, m’a suggéré une modification sur mon CV puis m’a donné rendez-vous dans un mois et demi. Entre temps charge à moi de lui envoyer un mail pour lui donner des nouvelles.  Donc Paul paye un prestataire pour que ça moi qui dise à ce dernier où j’en suis. Là encore je suis certain qu’il y a moyen d’optimiser..

Utiliser ?

J’ai eu droit à deux invitations. Normalement si je vous invite vous pouvez décliner. Quand Paul vous invite vous ne déclinez pas sinon il vous raye de sa liste. Première invitation pour m’expliquer comment fonctionne le site de Paul après un mois d’inscription et la deuxième pour m’expliquer l’Emploi Store après trois mois. Chacune de ces présentations a duré une heure. Si on avait des questions il fallait s’en référer à son conseiller ou sur la plateforme. La présentation sur l’emploi store était juste bâclée. Du n’importe quoi. Déjà présenter les fonctionnalités de la plateforme en une heure, c’est compliqué objectivement. C’est encore plus compliqué quand dans un groupe d’une dizaine de personnes il y a côte à côte une personne qui ne sait pas utiliser une souris et moi. Cela devient mission impossible quand le formateur (qui pour le coup ne mérite pas cette qualification) n’a visiblement pas testé la plateforme. Quand on anime une séquence pédagogique on place un objectif avec. Là il n’y avait aucun objectif. Mais ce qui m’inquiète c’est que Paul puisse considérer qu’avec ce type de présentation, le chômeur soit en capacité de se servir de l’outil. Parce que quand le formateur (je m’étrangle à chaque fois) vous expédie en une minute chrono ce qu’est un MOOC en mode “vous verrez c’est génial, il y en a plein”, il y a de quoi être inquiet.

Expérimenter

 

Il y a vraiment quelque chose à construire entre les médiateurs numériques et Paul. Nous avons des locaux équipés. Nous sommes des pédagogues. Nous connaissons non seulement les outils, mais aussi les usages et les enjeux. C’est à dire que quand nous parlons de MOOC, nous savons ce que c’est, nous en avons suivi au moins un et nous savons ce que cela implique. Quand nous parlons de l’utilisation des réseaux sociaux pour sa recherche d’emploi, nous nous contentons pas de montrer comment ouvrir un compte Linkedin. Nous montrons comment l’animer et au-delà comment construire son identité numérique. En tout cas c’est comme ça que je fonctionne et au cas où je suis toujours en recherche de poste. N’hésitez donc pas à me contacter !

 

Leave a Reply