Une rentrée numérique ?

Tableaux d'école
Tableaux d’école. Auteur Bdom. Licence By. Flickr

« Dis papa, tu crois qu’on en aura un jour des tablettes numériques à l’école ? Des vraies ? Pas celles qui n’ont que des applications éducatives ? » La vérité sort de la bouche des enfants paraît-il. Cette vérité, sortie de celle de mon garçon qui rentre en 6ième me ramène à une question que je me pose que trop souvent. Quand est-ce qu’on va s’y mettre vraiment ?

Pas de tablette au collège

Le règlement intérieur est formel. Les tablettes et autres consoles de jeux sont interdites au sein du Collège. Deux inepties en une seule phrase…Le défi dans cet établissement (comme dans beaucoup d’autres) est de faire comprendre qu’une tablette n’est pas une console de jeu. On peut aussi utiliser une tablette pour « travailler ». Une fois que cet étau sera enlevé, il faudra surement faire comprendre qu’on peut aussi apprendre en jouant, que bon nombres d’applications dites éducatives ont un aspect ludique pour justement rendre l’apprentissage plus agréable. Enfin, soyons fous, on passera au niveau supérieur en argumentant sur les compétences développées par les jeux vidéos. Ceci devrait nous occuper pendant au moins vingt ans au rythme auquel avancent les choses.

La deuxième ineptie réside entre le décalage des annonces du Président de la République concernant La Grande école du Numérique et le fait que les tablettes soient interdites au collège. Si j’ai tout bien suivi, mon garçon qui rentrera en 5ième en 2016 pourrait se voir d’ôter d’un Équipement Individuel Mobile. Pour cette rentrée, c’est foutu, aucun établissement du département n’a été sélectionné ! Je me demande même s’il y en a qui ont candidaté à l’expérimentation nationale de ce dispositif. N’en déplaisent à ceux qui prétendent le contraire, la Fracture Numérique est encore bien présente et notamment chez les élus, chefs d’établissement et autres élites nés avant internet d’une manière générale. J’ai bien conscience qu’il s’agît d’un raccourci, mais il n’est pas plus idiot de penser que ceux nés avant Arpanet sont des Digital Hermetic que de penser que ceux qui sont nés après le WWW sont des Digital Natives.

Des tablettes pour les nuls et les handicapés.

Autre phrase choc du deuxième ce coup-ci. « A l’école on a des tablettes mais c’est que pour les handicapés et les élèves en difficulté ». Nous sommes là dans une approche paradoxalement stigmatisante de la tablette numérique. Chacun s’accorde sur l’utilité de la tablette pour les élèves en difficulté et pour ceux porteurs de handicap, mais il ne faut limiter l’usage de la tablette à ces seules catégories d’élèves. La tablette a également des vertus pédagogiques pour les élèves moyens et mêmes les très bons élèves ! Le numérique pour tous, ce n’est pas le numérique pour certains. La république numérique c’est donner la même chance à tous les élèves en utilisant les outils numériques et les pédagogies innovantes qui en découlent. La fraternité numérique c’est bien entendu accompagner les élèves les plus en marge de notre école et renforcer les moyens humains et/ou matériels destinés à ces derniers mais sans négliger ni oublier les autres. A l’heure où on s’accorde à dire l’importance d’apprendre à coder aux enfants, il ne faudrait pas réserver ces enseignements qu’aux seuls enfants en difficulté. Il serait fort dommageable que les élèves qui n’ont pas spécialement de difficultés aujourd’hui deviennent des citoyens en marge demain, parce que l’on ne leur aurait pas accorder les mêmes chances.

One comment

Leave a Reply