Ville numérique, ville intelligente

 

Début Juillet s’est déroulée la neuvième rencontre franco-suisse des urbanistes sur le thème Territoires et ville numériques. Cette rencontre se déroulant dans ma ville était immanquable, d’autant que mon camarade Yoann Duriaux faisait partie des intervenants. Le résumé des présentations des intervenants est disponible dans mon espace scribd

La ville intelligente est numérique

Dans cette journée, j’ai beaucoup entendu parler de ville intelligente. Du point de vue des participants à cette rencontre l’intelligence ici mesure la capacité d’un territoire à s’adapter aux usages et aux usagers. La distinction entre les usages et les usagers prend tout son sens, car l’usager est bien au cœur des préoccupations de nos urbanistes. La ville est un bien commun est le défi de l’urbaniste est d’associer l’usager à l’évolution de son territoire. Le numérique apparaît comme l’outil indispensable pour penser et dessiner ce nouvel espace et donc cette nouvelle société (par cette affirmation je fais référence à l’intervention de Boris Beaude qui m’a complètement convaincu). En somme, ne pas intégrer le numérique dans son territoire, c’est conduire son territoire vers une mort annoncée.

Le citadin 2.0

En plaçant le citadin au coeur de sa réflexion, l’urbaniste s’interroge sur les limites de la “computer city”. Si mon smartphone m’indique une défaillance dans le passage des bus urbains, cela implique que je possède un smartphone et que je sache m’en servir. L’urbaniste cherche un “traducteur” quelqu’un qui soit en mesure d’accompagner le citadin vers les usages de la ville 2.0., quelqu’un qui soit en mesure d’appréhender les conséquences d’une cartographie faîte sur un système propriétaire ou par l’intermédiaire d”Open Street Map, quelqu’un qui éventuellement pourrait accompagner l’usager pour enrichir cette même cartographie. l’urbaniste est à la recherche d’un médiateur numérique. Plus que jamais la médiation numérique est en effet un enjeu de territoire, à tel point que ceux qui dessinent nos territoires sont en recherche de médiateurs numériques.

Du numérique dans la ville…

Ce n’était certes pas l’objet de ces rencontres, mais les participants ont beaucoup échangé sur le numérique dans la ville. A mon regret, il n’a pas été question de la présence de la ville dans le Cyberespace. De ce point de vue là, force est de constater que les territoires sont encore frileux pour penser à bâtir une identité numérique et à définir une présence en ligne. Pour autant si la volonté d’associer l’usager à l’évolution de sa ville fait école, il faudra à un moment où un autre aller sur le territoire de cet usager : le cyberespace.

5 comments

Leave a Reply