5 octobre 2022
corps (masculin ?) enfoui sous une pile de cartons de déménagements qui s'est écroulée.

Le médiateur numérique déménage

Vous vous en êtes peut-être rendu compte, j’ai changé de nom de domaine. Après avoir été hébergé 12 ans sous le nom médiateurnumérique.org me voici désormais hébergé sous loicgervais.fr. Sans détour je peux vous affirmer que cela n’a pas été un choix facile à faire. Je profite de ce billet publié dans la torpeur estivale pour vous raconter comment ça s’est passé et vous livrer l’histoire de mon site. Une fois n’est pas coutume, permettez-moi de démarrer par la fin. Pour cela je vous invite à relire le billet « derniers clics » que j’ai écrit sur le blog médiateur numérique en septembre 2021, il y a un an.

Ecrire pour soi

Quand j’ai commencé à écrire sur mon blog, l’objectif était de le tenir pendant une année. Ainsi, je voulais expérimenter ce que cela signifiait réellement de tenir un blog. Je n’avais pas prévu que cela allait me donner une relative notoriété, et encore moins qu’il deviendrait une référence. A bien des égards cet outil est venu m’apporter la reconnaissance de mes pairs là où dans mon quotidien de professionnel je n’essuyais que mépris de la part de mon employeur. L’écriture de mon blog a agi comme une thérapie (avec tous les guillemets de rigueur). Grâce à cet outil, j’ai pu rencontrer des collègues formidables dans toute la France et même en Wallonie. Ainsi j’ai participé à des travaux prestigieux avec les plus hautes institutions du pays. Le numérique peut effectivement augmenter le pouvoir d’agir du citoyen. Ecrire m’a ouvert des portes et offert beaucoup d’opportunités.

Ecrire pour les autres

Je n’avais pas prévu d’être lu. Je ne suis pas naïf. Internet est un espace public et je savais que je ne rédigeais pas un carnet intime. Avant le blog du médiateur numérique, j’avais réalisé deux brouillons qui ne sont pas restés à la postérité. Je visais une cinquantaine de vues par article, cela me paraissait largement suffisant. Et puis j’ai commencé à croiser des gens qui m’ont parlé de mon blog, de ce que j’écrivais. Petit à petit mon cercle de lecteurs a grandi. Le premier cercle était constitué de gens du métier. J’ai ensuite rencontré des décideurs, des élus, des ministres qui lisaient mon blog. Avec l’annonce de la fermeture j’ai reçu pendant plusieurs mois de nombreux témoignages sur ce travail. J’en suis arrivé à la conclusion que ces douze années d’écriture sur la médiation numérique étaient un matériau unique. J’ai même appris récemment que des chercheurs étudiaient mon blog ..Alors j’ai gardé les archives pour les autres et j’ai pris un nouvel espace pour moi.

Nouvelles aventures

Le blog « médiateur numérique » était le lieu de ce qui me questionne, ce qui m’amuse, ce qui m’irrite dans la Médiation Numérique. C’est comme cela que je le présentais en 2010. J’ai quitté mes fonctions de médiateur numérique en 2017. Depuis je travaille toujours dans le domaine, mais je ne suis plus « médiateur numérique ». Régulièrement j’ai eu également l’envie d’utiliser ce blog pour aborder d’autres sujets. Les actions que je mène dans mon contexte professionnel sont de moins en moins numérique, mais de plus en plus sociétales. Inéluctablement, j’aborde les sujets dans une autre dimension. Je ne cherche pas à ce que des bénéficiaires du RSA puissent effectuer leur déclaration trimestrielle de revenus. Je cherche à ce qu’ils puissent sortir de leur situation sociale. De là, je j’évalue en quoi le numérique peut être un élément de réponse adapté ou non. Je ne me cantonne pas aux questions d’urgence sociale. Augmenter le pouvoir d’agir ne se résume pas à faire une démarche en ligne. Il s’agit avant d’une mesure individuelle, s’inscrivant dans le projet (parfois vague) de la personne accompagnée. Parfois le lien avec le numérique est évident, d’autres fois il est plus lointain. Dans bien des circonstances l’impact s’évalue dans le temps long. Certes j’ai déménagé. Comme dans tout déménagement j’ai perdu quelques cartons et fait le tri par le vide. J’ai encore des aménagements à effectuer mais l’essentiel est là.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.